Né le 22 juin 1837 à Oberloessnitz, en Saxe, Ernst Ziller est admis en 1855 à l'École royale d'Architecture de l'Université polytechnique de Dresde. Il y reçoit son diplôme en 1858. Au cours de ses études, il travaille pendant quelque temps à Vienne, auprès de l'architecte danois Théophile Hansen. Cette rencontre sera déterminante pour sa carrière, puisque c'est en tant que représentant de Hansen que Ziller se rendra à Athènes quelques années plus tard, en 1861, pour y superviser la construction de l'Académie d'Athènes.

Il s'intègre très vite à la société athénienne; il s'installe en Grèce, y épouse une Grecque et y fonde sa famille. Il demeurera en Grèce jusqu'à sa mort, en novembre 1923. Au cours des premières années de son séjour, Ziller parcourt le pays afin d'en étudier les trésors archéologiques. Ce n'est que lors de la déposition du roi Othon et la suspension des travaux de construction de l'Académie qui s'ensuivit que Ernest Ziller rentra à Vienne pour une courte durée.

Il revient en Grèce en 1868. En 1872, il est nommé professeur à l'Ecole des Arts, ancêtre de l'École polytechnique nationale d’Athènes. Les commandes affluent. Ziller est désormais reconnu. La considération dont il jouit auprès du souverain, le fait qu'il ait été chargé de la construction de la Résidence d'Été à Tatoï, à Pétalious et, plus tard, du Palais du Prince héritier attire naturellement toute une foule de grands bourgeois qui lui confient la construction de leurs hôtels particuliers ou leurs villas de campagne. (Les Hôtels paticuliers Schliemann, Stathatos, Pesmatzoglou, les villas de Thôn et de Syngrou notamment comptent parmi ses œuvres). Parallèlement, il conçoit une série de bâtiments publics et municipaux, ainsi que des temples. Le Théâtre national (royal) d'Athènes, les théâtres de Patras et de Zante (détruits aujourd'hui), le Musée d'Olympie, la Faculté de Chimie, le Marché de Pyrgos, l'Église de Saint Luc de Patission, l'Église de l'Apparition de la Vierge à Aigio ne sont qu'une infime partie de ses réalisations. Il convient de signaler que même jusqu'aujourd'hui, il n'a pas encore été possible d'établir une liste exhaustive de l'ensemble de son œuvre.

Planche de Ziller: vue sud de l’édifice

Au-delà toutefois du nombre de constructions à son actif, probablement plus de 600, Ziller constitue à lui seul un tournant d'une importance particulière pour l'architecture néohellénique. Son œuvre architecturale, qui s'étend de la deuxième moitié du XIXe siècle au début du XXe, se distingue par son souffle créatif et son sentiment de liberté artistique. Son style, initialement classique, caractéristique du néoclassicisme athénien mûr, adoptera des tonalités plus éclectiques et plus romantiques, surtout pour les habitations privées. En revanche, pour l'architecture des bâtiments publics, il conservera l'esprit classique grec, et il s’efforcera même, par analogie, de préserver la tradition byzantine pour ses églises.

Ernst Ziller est incontestablement l'architecte qui a marqué de son sceau l'art architectural de la période du roi Georges Ier, influençant ainsi par son œuvre toute une époque.