Constantinos Tsatsos est né en 1899, à Athènes, où il vécut jusqu'à sa mort, en 1987. Il avait épousé Ioanna Séfériadou et avait deux filles. Il étudia le droit à l'Université d'Athènes.

Parallèlement à ses études, il se pencha sur les œuvres d'auteurs grecs classiques et latins ainsi que sur la littérature grecque moderne et la poésie. Il a publié deux volumes de poèmes et de pièces de théâtre sous le pseudonyme d’Yves Delphos.

Après la première guerre mondiale, et jusqu'en 1920, il fut détaché à la représentation diplomatique hellénique à Paris. Il participa, dans le cadre de ses fonctions, aux négociations ayant mené à la signature du Traité de Sèvres.

Après ses études post-universitaires en philosophie et philosophie du droit à Heidelberg, il rentra à Athènes. Il fut nommé Docteur en Droit en 1929, Professeur agrégé en 1930 et Professeur extraordinaire de l'Ecole de Droit d'Athènes en 1932, à la chaire de l'Introduction à la Science du Droit et à la Philosophie du Droit. Au cours de la dictature de Metaxas, il fut arrêté et déporté sur l'île de Skyros. Déchu de ses fonctions à l'Université en 1941, il s'enfuit au Proche-Orient en 1944.

Il retrouva son poste universitaire après la libération et, en 1945, il fut chargé du Ministère de l'Intérieur dans le gouvernement Boulgaris, ainsi que du Ministère de la Presse et de l'Information sous le gouvernement de Kanellopoulos. Il démissionne de l'Université en 1946 pour se présenter aux élections avec le parti des Libéraux. Il fut Ministre de l'Education nationale sous le gouvernement Sophoulis (en 1949), et Secrétaire d'Etat à la Coordination du gouvernement de S. Vénizélos (1951).

En 1956, il rejoint le parti fondé récemment de l'Union Radicale Nationale (ERE), avec lequel il est élu député à toutes les élections auxquelles il se présente. Il fut également Ministre de la Présidence du Gouvernement et Ministre de la Prévoyance sociale sous Karamanlis (en 1961 et 1963), et Garde des Sceaux dans le gouvernement Kanellopoulos (en 1967).

Suite à la restauration de la démocratie en 1974, il fut chargé du Ministère de la Culture sous le gouvernement d'Union Nationale. Au cours des élections parlementaires de 1974, il fut élu député de l'Etat avec le parti de la Nouvelle Démocratie.

Le 20 juin 1975 les députés élisent Constantinos Tsatsos Président de la République, à 210 voix pour sur 295 votants. Il fut Président de la République Hellénique jusqu'en mai 1980.

Constantinos Tsatsos a publié de nombreuses études scientifiques, des essais juridiques et philosophiques ainsi que des œuvres littéraires. Élu membre de l'Académie d'Athènes en 1961, il en assura également la Vice-Présidence et la Présidence. En 1979 il fut distingué comme partenaire étranger de l'Académie des sciences morales et politiques de France et Docteur honoris causa de la Sorbonne. Il fut également partenaire étranger de l'Académie de la Roumanie et de celle du Maroc, en 1980, ainsi que membre de l'Académie européenne des Sciences, des Arts et des Lettres en 1981. Il reçut en 1980 l'éminent prix européen Coudenhove-Kallergis.